L'inscription à l'école d'été est commencée, places limitées

Inscrivez-vous rapidement








Choisir une formation :


Coût de la formation :
200$ (225$ si attestation)




Repas végétarien :
Repas complet 100% local le lundi et le vendredi, "boîte à lunch" (Sandwich et fruit) les mardi, mercredi et jeudi.




Paiement :

a/s Eric Duchemin
Institut des sciences de l'environnement,
Université du Québec à Montréal,
CP. 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal,
Québec, Canada, H3C 3P8
Le chèque doit être fait au nom du : Laboratoire sur l'agriculture urbaine.
Il doit être daté du 1 juin 2015. Les inscriptions ne sont pas remboursables après le 1 juillet.



CAPTCHA :



Voici la liste des gens déjà inscrits à l'édition 2015.

  • 1. Alexia Renard,
    S/O
  • 2. Emilie Collavet
  • 3. Thierry Boutonnier
  • 4. Sylvie Trépanier
  • 5. Annie Desjardins
  • 6. Marie Valois
  • 7. Alexandre Pouliot
  • 8. Véronique Hamel
  • 9. Noémie MAUGHAN,
    Université Libre de Bruxelles
  • 10. Élisa Manny
  • 11. Lyne Bellemare,
    Semences du patrimoine Canada
  • 12. Martine Larouche,
    Université McGill
  • 13. aline Gayou,
    asbl parckfarm T&T Bruxelles
  • 14. David Jourdan
  • 15. claude saint-jarre
  • 16. Ève Renaud-Roy
  • 17. fatiha bensadia,
    uqam
  • 18. Gabriel Cusson
  • 19. isabelle Séguin-Éthier,
    design
  • 20. Karla Osorio
  • 21. Audréane Landry
  • 22. Johanna Pellus
  • 23. vicki Duval
  • 24. Michel Leclerc
  • 25. Brigitte Cadotte
  • 26. Marc-Etienne Lefebvre
  • 27. Elizabeth Desrochers
  • 28. Maude Cournoyer-Gendron
  • 29. Maryse Plouffe
  • 30. Maude Boisselle
  • 31. Vanessa Langlais
  • 32. Karine paquette
  • 33. Marie-Kim Laporte
  • 34. Natacha martin,
    oasis urbain
  • 35. Carole Rondeau,
    UQAM
  • 36. anis mizouni
  • 37. Diane Pelletier
  • 38. Joel Merlin
  • 39. Marie-Christine Roy,
    Les Urbainculteurs
  • 40. Marie Eisenmann,
    Les Urbainculteurs
  • 41. Mireille Léger-Rousseau
  • 42. Isabelle Pépin
  • 43. Claudia Atomei,
    Université de Montréal
  • 44. Geneviève Fournier,
    Uqam
  • 45. Audrey Cyr,
    UQAM
  • 46. Simon Deschenes,
    Collège Montmorency
  • 47. Gabriel April-lalonde
  • 48. Franck Masclet,
    Université Paris 6
  • 49. Ernest TSHUPA KITETE,
    ACTION DES LA JEUNESSE VOLONTAIRE POUR L'ENFANCE
  • 50. Cécile Cazals
  • 51. Émilie Cecchini Di Ridolfo ,
    Science UQÀM
  • 52. DJANGNO FAROUKOU,
    zootechnicien
  • 53. Louise Krauth
  • 54. Karine Tremblay
  • 55. Valérie Menguy,
    Cohabitat
  • 56. Léa Fronteau,
    école ingénieur agronome
  • 57. Boudia Abdallah MERAD,
    arboriculteur
  • 58. Virginie Provençal,
    UQAM
  • 59. Mireille L'Italien
  • 60. Heather Morrison,
    Perspectives II
  • 61. Danny Polifroni,
    éco-quartier Sud-Ouest
  • 62. Isabelle Marquis,
    Ville de Drummondville
  • 63. Rachel Mathieu,
    UQAM
  • 64. Pierre Lebrun,
    Urbaniste
  • 65. Louis Gabriel Pouliot,
    Université de Montréal
  • 66. Nazmus Syed
  • 67. Patrick Talbot,
    Cegep maisonneuve
  • 68. miled malek,
    agricole
  • 69. Jonathan Mongrain,
    Étudiant en environnement
  • 70. Laïssa Romy Cénéac,
    Université Notre Dame d'Haïti
  • 71. Mélanie Moreau
  • 72. Collectif en écologie urbaine Craque-Bitume,
    (Québec)
  • 73. Hervé Bressaud,
    GDIE
  • 74. Gorgui Yerim KANE
  • 75. Odier Robitaille
  • 76. JEAN FRANCİS BULA-BULA,
    Agriculture
  • 77. Karine Sanssouci
  • 78. Saidou KABRE
  • 79. Sylvie Bélanger
  • 80. Louise Pilon
  • 81. Hélène Sarrasin
  • 82. Olivier April-Lalonde
  • 83. stephane gelinas
  • 84. Daniel Blouin,
    IRBV
  • 85. Martine Bazinet
  • 86. Jean-François Caron,
    L'Ancre des Jeunes
  • 87. Aurélie Dierge,
    Bruxelles Environnement
  • 88. Marc Roux,
    Lycée Rochambeau
  • 89. fabienne poyard
  • 90. François-Noël Brault
  • 91. Vanessa Vanessa,
    Université de Montréal
  • 92. Joanie Desrochers
  • 93. Cécile Collinge,
    UQAM, étudiante en géographie
  • 94. Sidney Rota,
    Institut d'Urbanisme de Lyon en échange à l'lnstitut d'Urbanisme de l'UDEM
  • 95. GENEVIEVE VANIER,
    Ville de Montréal & Faculté d'aménagement UdeM
  • 96. Marion GARANDEAU
  • 97. Frédérique Bergeron
  • 98. Martine Maksud
  • 99. Peter Blanchette
  • 100. Laetitia Bertolino
  • 101. Mariepier Baril,
    Equiterre
  • 102. Karine Lévesque,
    CSDM
  • 103. Marie-Lys Turcotte
  • 104. Magali Chazel
  • 105. Claude Chapleau Champagne,
    UQAM
  • 106. Catherine Martel,
    Université d'Ottawa - Laboratoire d'études interdisciplinaires sur l'alimentation
  • 107. Pauline Lambton,
    Acertys
  • 108. Roxanne Gagnon Houle,
    Centre d'intégration scolaire
  • 109. Catherine Lanteigne
  • 110. Émilie Bielen,
    Étudiante, architecture de paysage, UdeM
  • 111. Manuela Goya
  • 112. Michelle Rozon
  • 113. Natacha Sanson,
    csdgs
  • 114. Anne Lautier
  • 115. Linda Fredette,
    citoyenne de Montréal
  • 116. Véronique Dubois
  • 117. Justine Arpin
  • 118. Florence G. Ferraris
  • 119. Éliane Brisebois
  • 120. Rosandly PIERRE,
    whh
  • 121. Izara Gilbert
  • 122. Dominic Labelle
  • 123. Laurence Fournet
  • 124. Anne Chrétien
  • 125. carine martin,
    etudiante
  • 126. Carolina Garzon
  • 127. Mathieu Bisson,
    Éco-kartier du centre-ville de Chicoutimi
  • 128. James ORIZA,
    Université Notre Dame D'Haiti/ Faculté d'Agronomie
  • 129. mia lafontaine
  • 130. Laurence Gravel,
    Agente de milieu pour une RUI (Pont-Viau)
  • 131. Marjory BOYER,
    Centre de Santé Arniquet
  • 132. Jonathan Germain
  • 133. Abdou Fassassi Tahirou,
    Collaborateur de la Mairie de Lokossa
  • 134. Cheaibou Ibrahima,
    Collaborateur de la Mairie de Lokossa
  • 135. Romaric Gildas Adeoti ADEOMOU ,
    Collaborateur de la Mairie de Lokossa
  • 136. Gbenoukpo Herve Roland AMOUSSOU ,
    Collaborateur de la Mairie de Lokossa
  • 137. Gaëlle Zwicky,
    Equiterre
  • 138. Jean Pierre Kouton,
    Collaborateur de la Mairie de Lokossa
  • 139. Yohan Chiasson,
    Incroyables Comestibles
  • 140. jonathan deslandes
  • 141. Gabrielle Savaria
  • 142. Marcel MERISE
  • 143. Marcel MERISE,
    Ing. Agronome; Msc

Ouverture des inscriptions pour la 7e Édition de l'École d'été sur l'agriculture urbaine

Pour une 7e édition, du 10 au 14 août 2015, se tiendra à l'Université du Québec à Montréal, l’École d’été sur l’agriculture urbaine du Laboratoire d'agriculture urbaine (AU/LAB) et du Collectif de recherche en aménagement paysager et agriculture urbaine durable (CRAPAUD).

Cet événement, organisé avec la collaboration de l’Institut des sciences de l’environnement de l’UQÀM (ISE), réunit chaque année près de 200 participant(e)s issu(e)s de l'ensemble du Québec et de la Francophonie pour 5 jours de formation intensive s’articulant autour d’un apprentissage à la fois théorique et pratique.

Rassemblant des citoyen(ne)s, des chercheur(e)s, des étudiant(e)s, des acteur(trice)s de l’agriculture urbaine et des professionnel(le)s de divers horizons, cette école d’été a pour vocation de susciter des débats, des rencontres et un partage d’expériences. Pour ce faire la programmation aborde autant l’urbanisme agricole, l’action citoyenne, les villes en santé, etc. Le tout dans une perspective d’élaboration d’un système alimentaire urbain viable, de justice alimentaire, sans oublier une volonté de réseautage et de co-création.

Cette année encore, la formation s’organisera autour d’un apprentissage théorique et pratique qui s’appuiera sur l’intervention de spécialistes autour de tables rondes, de retours d’expérience, d’ateliers pratiques et de visites sur le terrain. En outre, dans chaque volet les participants et participantes seront amenés à concevoir des aménagements de jardins soit résidentiels ou institutionnels, des aménagements de quartiers nourriciers ou de fermes urbaines. Des projets qui incluront la production maraîchère, mais aussi la production de miel, de champignons, ou l'élevage de petits animaux dans une vision de production alimentaire, mais aussi de verdissement de la ville, de gestion écologique des parcs, etc..

Une place importante sera aussi accordée aux échanges et discussions, ainsi qu’aux interactions entrent les intervenant(e)s et les participant(e)s. Nous espérons que vous trouverez durant cette 7e École d'été des connaissances et de l’inspiration pour poursuivre ou initier des projets en agriculture urbaine, chez vous, à votre travail, dans les écoles, dans votre quartier!

THÉMATIQUE

Si la thématique de la 6e édition portait sur le système alimentaire urbain et la notion d’autosuffisance alimentaire, la programmation de la 7e édition de l'École d'été tournera autour de l'économie circulaire. Cette économie circulaire, qui s’inspirant du fonctionnement des écosystèmes naturels, vise l’efficience de l’utilisation des ressources tout en créant à la fois de la valeur économique, sociale et environnementale. Dans le cadre des 5 volets proposés, les formations, discussions, ateliers et visites amèneront les participantes et participants à comprendre comment l'agriculture urbaine est un élément permettant d'optimiser de l’utilisation des ressources urbaines par une écoconception pensée en amont. L'idée est de découpler la croissance de la production alimentaire de l'épuisement des ressources naturelles par la création de produits, services, modèles d’affaire de nouveaux modes de conception, production et de consommation et politiques publiques innovantes.

1 FORMATION, 5 VOLETS

Pour cette 7e édition, l'équipe de l'école d'été offre 6 volets de formation. Si le lundi et le vendredi de l'école verront l'ensemble des participants et participantes suivre les mêmes conférences et présentations, les trois autres jours l'école se sépareront en :

  •  Jardiner son domicile : Formations et ateliers afin de transformer sa maison en petite ferme personnelle. Entre design, architecture et simple petits trucs, cette formation montrera les défis, enjeux et surtout les possibilités de transformer son domicile chez soi en lieu productif et ludique.  Par des visites, des ateliers et des conférences les participants et participantes seront à mieux de découvrir ou d'approfondir la production alimentaire sur son balcon, dans sa cour arrière, son sous-sol, son salon.
  •  Jardiner son entreprise : Le Cirque du Soleil, Aldo et Bell Canada le font, alors pourquoi pas votre entreprises ou encore  dans votre espace de travail! Par des visites, des ateliers et des conférences, les participants et participantes verront comment transformer son lieu de travail, son institution ou son entreprise, en lieu de production alimentaire pour les employés.es, mais aussi pour la communauté. Ils se familiariseront sur l'appropriation des lieux de travail pour la production alimentaire dans un objectif interne (activités de détente, de socialisation, etc.) ou pour participer à la vie du quartier, en prêtant un espace à un organisme communautaire.
  • Jardiner son école, son CEGEP ou son universitéPour cette 7e édition une formation spécifique sur la création et l'animation d'initiatives en agriculture urbaines dans les institutions d'enseignement est offerte. Se basant sur un vaste portrait des initiatives québécoises effectué dans le cadre du programme Campus Ecodurable de l'Association québécoise pour la promotion de l'éducation relative à l'environnement (AQPERE), cette formation donnera les bases à la fois théoriques et pratiques pour comprendre, animer et gérer des projets de jardins éducatifs dans les institutions d’enseignement. Par des visites, des ateliers et des conférences les participants et participantes verront comment l'agriculture urbaine est un outil pédagogique pour l'apprentissage des jeunes et moins jeunes. Les enjeux et défis de concevoir un projet de jardin pédagogique seront aussi abordés.
  • Jardiner son quartier : Encore cette année, l'École d'été offre une formation qui recoupe urbanisme et système alimentaire. Cette formation amène les participants et participantes à réfléchir l'agriculture urbaine dans un cadre d'aménagement et de développement urbain et d'une réappropriation citoyenne de l'espace public grâce à l'AU. En outre, que ce soit pour la participation citoyenne (farmingconcrete.org), la mobilisation (agriculturemontreal.com, 596acres.org) et la coordination d'initiatives, de nombreuses plateformes Internet se sont développés durant les dernières années.  Ses applications de cartographie ou de collectes de données sont partie prenante d'un urbanisme agricole citoyen. Par des visites, des ateliers et des conférences les participants et participantes obtiendront les bases à la fois théoriques et pratiques pour développer un quartier nourricier. Que ce soit les jardins individuels, les jardins collectifs, les jardins communautaires, les serres, les fermes urbaines, les friches, les trottoirs ou les cuisines collectives, l'ensemble des projets participe au développement d'un urbanisme alimentaire et à un système alimentaire urbain viable.
  • Jardiner comme métier : Pour une 2e année consécutive, l'École offre une formation sur la professionnalisation de l'agriculture urbaine. Comment être agriculteur ou agricultrice en ville? Faire de la production agricole en ville s'accompagne aussi de contraintes réglementaires, demande la maitrise d'outils numériques pour en outre la mise en marché des produits et s'accompagne souvent développement de technique high-tech de production. Par des visites, des ateliers et des conférences, les participants et participantes verront le SPIN Farming, la production en serre, la production de champignons, le développement d’incubateurs collectifs de transformation alimentaire (Food hub), etc.

Des activités seront mises en place afin de permettre une synergie entre les différents volets.

COÛT DE LA FORMATION

Le coût d'inscription de cette 7e édition est de 200$. Ce montant couvre l’ensemble des coûts liés à l’école, dont les collations et les repas du midi.

Reconnaissance de formation : Pour ceux qui désirent obtenir une attestation officielle de formation en continu (UQAM), cette attestation sera délivrée au coût de 25$.

POUR INFORMATION

  • Jean-Philippe Vermette, Co-coordonnateur de l’École d’été et responsable de l'édition 2015, Courriel : jpvermette1@gmail.com
  • Éric Duchemin, Co-coordonnateur de l’École d’été Professeur associé et chargé de cours — AU/LAB  - Institut des sciences de l'environnement, courriel : duchemin.eric@uqam.ca

Vous pouvez suivre les nouvelles de la formation sur le site Internet de l'école,  la page Facebook de l'École et sur le réseau AgriUrbain.

A l'an prochain pour la 7e édition de l'École d'été sur l'agriculture urbaine

La 6e Édition de l'École d'été a été de nouveau un succès avec 200 participantes et participants et plus de 50 conférenciers et formateurs. Merci à tous! 

On se revoit l'an prochain pour la 7e édition de l'École d'été de Montréal qui se tiendra encore une fois à la mi-août.  Nous commencerons a y travailler dès janvier, mais nous sommes déjà en travail pour la 2 édition des Ateliers d'été sur l'agriculture urbaine de Paris organisé par NatureParif.

Pour avoir un compte-rendu de l'École je vous invite à lire les témoignages de participants OFQJ à l'École : 
http://www.ofqj.org/article/ecole-d-t-sur-l-agriculture-urbaine-t-moignage-des-participants 

Merci aussi aux partenaires qui ont rendu possible cette 6e édition.

                
Publié le 20 février 2015. 0 commentaire. Cliquez ici pour commenter.

3 courts-métrages sur cultiver la ville : Passé, présent et futur d’une agriculture urbaine

Dans le cadre de sa 6e édition l'École d'été sur l'agriculture urbaine a organisé un concours de courts-métrages documentaires sur l'agriculture urbaine. "Cultiver la ville: Passé, présent et futur d’une agriculture urbaine" a permis de documenter l'agriculture urbaine dans 3 grandes villes québécoises.

De l'autre côté de la rivière : l'agriculture urbaine à Longueuil (Québec, Canada)
En suivant un agriculteur urbain (Serge Charron, Croisée de Longueuil), "De l'autre côté de la rivière : l'agriculture urbaine à Longueuil" présente des initiatives de jardins collectifs, d'actions collectives, de production maraîchère urbaine, un vignoble urbain, mais aussi révèle les motivations qui peuvent pousser à s'investir dans le mouvement de l'AU.


Un jardin sans lendemain : l'agriculture urbaine et péri-urbain à Québec
"Un jardin sans lendemain" nous montre le lente érosion des terres agricoles en périphérie des villes, mais aussi des projets de solidarité, de connections entre les citoyens et l'agriculture..projet mis en péril par la spéculation foncière et le peu de valeur accordée à la richesse et la fonction des sols agricoles.

Homo cultivus : l'agriculture urbaine à Montréal (Québec, Canada)
Un court-métrage sur l'agriculture urbaine à Montréal...City Farm School et le jardin collectif la Pointe Verte sont à l'honneur.
Publié le 27 janvier 2015. 0 commentaire. Cliquez ici pour commenter.
© 2015. Site conçu par Bon Melon.