13 édition de l’École d’été sur l’agriculture urbaine : 15 ans de réseautage et de formation

13 édition de l’École d’été sur l’agriculture urbaine : 15 ans de réseautage et de formation

62aa962c-779d-44f9-ab63-63a838015299-original

Le Laboratoire sur l’agriculture urbaine se lance encore une fois dans l’organisation de son école d’été sur l’agriculture urbaine. Depuis sa création en 2009, l’École d’été a accueilli plus de 1700 participants.es venu(e)s des quatre coins du globe et des centaines de chercheur(e)s et professionnel(le)s en agriculture urbaine. Depuis sa création, l’École d’été est un moment de réseautage et de développement de projets qui ont marqué le mouvement de l’agriculture urbaine. Encore cette année nous attendons environ 200 participant(e)s et plus de 50 formateur(trice)s sur les deux éditions québécoises.

L’École d’été sur l’agriculture urbaine et de l’alimentation durable de Montréal 2024 se tiendra du 12 août au 16 août 2024 au Coeur des sciences de l’Université du Québec à Montréal. Pour une 13 édition, l’école d’été rassemblera des personnes de différents horizons afin de susciter des débats, favoriser le partage de connaissances et des pratiques, d’initier les rencontres pour un passage à l’action.

Au fil des ans, cette École d’été est devenue un rendez-vous incontournable pour toutes les personnes passionnées d’agriculture urbaine, aussi bien au Québec qu’à l’international, et attire chaque année plus d’une centaine de participants et participantes.

L’édition 2024 de l’École est organisée conjointement par le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) et le Conseil du Système alimentaire montréalais (Conseil SAM).

Encore cette année, l’équipe de l’École d’été a prévu une programmation qui sera rejoindre les intérêts de l’ensemble des participantes et participants. Une diversité d’activités pour se former, échanger et se réseauter.

THÈME 2024
L’agriculture urbaine pour développer des systèmes alimentaires circulaires, solidaire et pour la transition écologique

La transformation des systèmes alimentaires est désormais reconnue comme un élément important de la solution à la crise climatique et à la perte de biodiversité. Des études montrent que des changements dans la production et la consommation alimentaires vers la circularité préserveraient les ressources naturelles, sans compromettre l’approvisionnement en micronutriments et macronutriments suffisants pour les populations. S’orienter vers une circularité du système alimentaire pourrait apporter des solutions à plusieurs défis liés à la sécurité alimentaire et à la durabilité environnementale.

Dans un système alimentaire circulaire, le recyclage des matériaux est prioritaire tandis que les pertes et le gaspillage sont minimisés ; l’utilisation des ressources (telles que les ressources foncières, les cultures fourragères et des engrais de synthèse) sont minimisée, tandis que l’autosuffisance des pays augmente grâce à une dépendance réduite aux marchés alimentaires mondiaux. Cependant, le système alimentaire est un réseau d’interdépendances complexe qu’il est difficile encore difficile de quantifier ce que signifierait une transition vers la circularité pour l’alimentation humaine et l’environnement. Et si une avenue serait déjà de la faire localement à travers du développement de systèmes alimentaires circulaires communautaires.

Nouvelles approches les systèmes alimentaires locaux et régionaux mettent l’accent sur la santé et le bien-être d’une communauté tout en minimisant le gaspillage et en protégeant les ressources naturelles partagées, et en promouvant l’humanité et le bien-être planétaire.

C’est à des échanges, débats et réflexion sur comment l’agriculture urbaine est un vecteur de changement pour la mise en place de tels systèmes amenant vers le large éventail des objectifs de développement durable des Nations Unies. L’agriculture urbaine permet d’explorer et d’expérimenter la nécessaire transformation du système alimentaire, notamment dans la production, la transformation, la distribution, la vente au détail, la consommation et l’utilisation des déchets.

L’école d’été est un moment dans l’année, de rencontres et de réseautage entre passionnés(es) et professionnel(le)s de l’agriculture urbaine.

Cette année encore, des visites permettront de mieux saisir ce qu’est l’agriculture urbaine et l’alimentation durable sur le terrain et d’échanger avec des personnes passionnées par le sujet, tout en mettant en valeur les projets. Une place importante sera également accordée aux échanges et discussions, ainsi qu’aux interactions entre les intervenant(e)s et les participant(e)s.

 

L’ÉCOLE D’ÉTÉ UN RÉSEAU

Progressivement l’École d’été sur l’agriculture urbaine de Montréal est devenue au centre d’un réseau international avec une participation grandissante de passionnés(es) de l’agriculture urbaine venant d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Afrique et d’Amérique du Sud. L’école d’été est devenue une référence pour la formation dans le domaine. Elle accueille maintenant des urbanistes, des architectes, des horticulteurs, agronomes, des designers, des travailleurs(es) sociaux, etc., tout en laissant une large place aux militants(es) de la justice alimentaire, de la réappropriation de la ville et de l’action urbaine.

En 2013, une première initiative d’école apparaît à l’extérieur de Montréal, à Strasbourg. En 2014, Paris a pris le relais en organisant les premiers Ateliers de l’agriculture urbaine pendant plusieurs années. En 2016, Bruxelles rentre dans le bal en accueillant une première école d’été sur l’agriculture urbaine organisée par l’Université Libre de Bruxelles. En 2021, elle organisait sa 4e édition. Depuis, il y a eu des Écoles d’été à Marseille, Rennes, Lyon, Québec, Grenoble et Lausanne. Au centre de ce réseau, les Écoles portées par le Laboratoire sur l’agriculture urbaine (AU/LAB) soutiennent les différentes initiatives à travers le monde.
La programmation sera dévoilée en mars